MENU

PACÔME THIELLEMENT

Home »  INVITÉS »  PACÔME THIELLEMENT

Radio Radio
Une radio temporaire de création des étudiant(e)s de l’ENSA Bourges.
RadioRadio en FM, 105.1 à Bourges et sur le web : www.radioradio.fr
L’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges développe depuis une dizaine d’années des travaux autour du matériau sonore comme partie intégrante du champ des arts plastiques. Cela correspond d’une part à une problématique actuelle de l’art contemporain qui investit aujourd’hui de plus en plus les territoires sonores ; d’autre part la situation locale qui bénéficie d’une histoire conséquente dans le domaine de l’électroacoustique.
Radio Radio entretient des partenariats étroits avec le conservatoire de musique de Bourges et sa classe d’électroacoustique (de nombreux étudiants suivent des cursus en commun) ainsi qu’avec Bandits-Mages, l’Abbaye de Noirlac, l’Ina, etc. Ces liens ont permis d’organiser des événements, d’inviter des personnalités dans le domaine des arts sonores et des enseignants qui collaborent dans une même direction.
Pacôme Thiellement est essayiste et vidéaste. Né en 1975 à Paris, il a réalisé en collaboration avec Thomas Bertay la série d’orientation et de conditionnement « Le dispositif » (52 épisodes) et écrit une dizaine d’essais mêlant la pop et la gnose parmi lesquels « Poppermost » (sur les Beatles, MF, 2002, rééd. 2013), « La main gauche de David Lynch » (sur Twin Peaks, P.U.F. 2010), « Tous les chevaliers sauvages » (sur Hara-Kiri, éd. Philippe Rey, 2012) et « Pop Yoga » (Sonatine, 2013). Il a récemment collaboré avec la compagnie du Zerep sur le texte de leur pièce « Prélude à l’Agonie », écrit de temps en temps dans Rock & Folk ou Les Cahiers du Cinéma et participe à l’émission Mauvais Genres sur France Culture.

Pacôme Thiellement, exégète, écrivain de la gnose, et penseur de la contre-initiation, est alors entré dans le monde Berruyer porteur d’une histoire de l’alchimie. Avec un rire aussi amusé que retentissant, il revient ainsi plusieurs fois en 2014, sans jamais manquer de passer par l’hôtel Lallemant, haut lieu d’investigation, avec un programme sur l’anti-alchimie. L’anti-alchimie, ou comment transformer l’or en plomb, mettre à la lumière les mondes souterrains et les figures monstrueuses comme moteurs de la création.

Le Théâtre de l’auto-dévoration nous a ainsi emmené dans la confusion de l’ombre et du double, dans la pataphysique de l’amour-destruction et dans la détresse comme talisman, la détresse comme force de lutte. « Les trois conférences forment une sorte de mini-cycle préparatoire à une élaboration sur le fantastique comme zone de compensation d’une époque dont l’au-delà est sans bréviaire ». Ceci à travers Roman Polanski, Antonin Artaud, Dario Argento, Christian Gabriel, Guez Ricord, Andreij Zulawski et René Daumal… Et avec des voix, celles de Virginie di Ricci, d’Hermine Karagueuz et de Bruno Blairet.

Quels rapports avec Bandits-Mages ?
Et bien Bandits-Mages est en soi porteuse d’une histoire qui donne à voir les formes cachées, la création underground, tout en ne cessant pas de déconstruire les codes, les genres, les images et de questionner les mondes de l’image.

WORKSHOP Théâtre de l’auto-dévoration
du 21 au 24 octobre 2014 à l’école des ENSA
Restitution publique
on air sur RADIO RADIO
Lieu / Friche de l’Antre-Peaux
Vendredi 14 à partir de 14h

Hôtel Lallemant, Alchimie et création sonore
Workshop mené avec les étudiants de RADIO RADIO, de Laborinthus et de l’école des Beaux- Arts de Limoges (création en cours depuis avril 2014)
Ce projet est le fil conducteur des Rencontres. Histoires à suspens et bruits mystérieux s’immisceront dans nos oreilles pour nous dévoiler les secrets de la pierre philosophale. Pacôme Thiellement propose aux étudiants de livrer un regard, ou plutôt une écoute, sur un haut de lieu de l’alchimie française en créant des pièces radiophoniques. Les créations engageront un questionnement sur la construction d’un récit de fiction.
Les étudiants travaillent en étroite collaboration avec Hermine Karagueuz (actrice) et François Angellier (Producteur de l’émission «Mauvais Genres» à France Culture).

Rencontre avec Eyvind Kang
Lieu : ENSA Bourges
Vendredi 14 à 17h

Eyvind Kang est un compositeur et violoniste américain né en 1971 à Corvallis dans l’Oregon. Il est l’auteur de nombreux disques d’une musique allant du jazz à la musique traditionnelle médiévale, en passant par des influences indiennes, iraniennes, reggae et même death metal, parmi lesquels «Theatre of Mineral Nades» (Tzadik, 1998), «The Story of Iceland» (Tzadik, 2000), «Virginal Coordinates» (Ipecac,2003),«Athlantis» (Ipecac,2007),«The Narrow Garden» (Ipecac, 2012), «Alastor» (Tzadik, 2014). Il est membre de Secret Chiefs 3 et a travaillé avec de nombreux artistes de la scène indépendante et d’avant-garde nord-américaine, notamment John Zorn, Tim Young, Marc Ribot, Mike Patton, les Sun City Girls et Master musicians of Bukkake.