MENU

Gail Priest

Home »  INVITÉS »  Gail Priest

GAIL PRIEST – «Sounding the future»
Projet de résidence Bandits-Mages octobre 2014 – janvier 2015

GAIL PRIEST est une artiste australienne (elle vit à Sydney) qui développe une pratique artistique multi-facettes dans laquelle le son est le matériau clé de ses recherches. Explorant la voix en tant qu’espace de médiation, les tensions entre les mots et les immersions sensorielles, son travail se maintient constamment entre expressivité et abstraction. 
Initialement formée à la performance, une grande partie de sa pratique implique la création de bandes sonores pour le théâtre, la danse ou la vidéo. Depuis 2003, elle compose et joue en live de la musique électronique expérimentale et électroacoustique, et est régulièrement invitée dans de nombreux festivals et événements artistiques en Australie et en Europe. 
Actuellement, elle développe des œuvres prenant plutôt la forme d’installations. Elle a conçu et réalisé des compositions sonores pour des installations d’artistes australiens, exposées nationalement et internationalement, au sein de manifestations telles qu’Ars Electronica (Linz). Ses propres installations ont été exposées à Artspace (Sydney) et au Tokyo Wonder Site (Japon).
Ses réalisations sonores font partie de plusieurs compilations internationales et elle a réalisé cinq albums solos diffusés par Endgame Records, Flaming Pines ou sa propre maison de production  : Metal Bitch Recordings. En tant qu’auteure, elle écrit régulièrement sur les arts sonores et médiatiques et a édité le livre «  Experimental Music: audio explorations in Australia  » (UNSW Press, 2009). En tant que curatrice, elle a réalisé la programmation de festivals, concerts, expositions ou séances de projections pour Performance Space, Artspace, Museum of Contemporary Art et Transmediale.

EMAN#EMARE
Depuis cinq ans, l’association Bandits-Mages donne un sens très concret à cet acronyme mystérieux qui désigne, sous diverses configurations et dénominations, une aventure démarrée il y a vingt ans à l’initiative de Peter Zorn (au sein de Werkleitz Gesellschaft, e.V., Halle, Saxe Anhalt, Allemagne). Pour nous, la réalité du «  Réseau européen pour l’art multimédia  » (EMAN  : European Media Art Network) est la coopération et la concertation avec onze structures internationales, et autant d’équipes et de professionnels associés, à distance mais aussi directement au Mexique, en Australie, au Canada, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et bien sûr, en France. C’est également notre participation aux festivals, et leurs catalogues, organisés par Werkleitz (« .move forward – new mexican european media art », 2012 et «  move on – new media art form Australia, Canada and Europe  », octobre 2015) ou à Mexico, par le Centro Multimedia del Centro Nacional de las Artes («  Festival Transitio MX 5  », 2013). C’est aussi, bien sûr, l’invitation des artistes et des structures impliquées au sein de notre propre festival, désormais annuel : les Rencontres Bandits-Mages.

La raison d’être première de ce réseau est l’organisation de résidences d’artistes, assorties de la mise à disposition de moyens de productions. EMARE signifie en effet «  Résidences croisées pour artistes multimédia européens  » («  European Media Artists in Residence Exchange  »). Une quarantaine d’artistes ont été soutenus et accompagnés durant les cinq dernières années (et plus de 160 depuis vingt ans). À ses origines, EMAN#EMARE organisait la mutualisation des lieux et moyens de résidence au niveau européen. Depuis 2012, cette mutualisation concerne également des structures au sein de «  pays tiers  »  : le Mexique en 2012-2013 puis, pour la période en cours (2014-2015), le Canada et l’Australie. L’appel à candidatures lancé en novembre 2013 a permis au jury réuni en Australie en février 2014, d’étudier plus de quatre cents candidatures d’artistes.
www.emare.eu


Gail Priest joue de la musique électroacoustique en live depuis 2003. Ses compositions crée une zone liminaire entre chanson et expériences sonores. Son matériau principal est la voix, parfois multipliée, manipulée ou méconnaissable, d’autres fois au premier-plan, empruntant au registre de la pop-folk traditionnelle éthérée. Elle s’intéresse à l’exploration du timbre de la voix lorsque celle-ci est filtrée et affectée – cherchant le point de bascule ou la voix perd son «grain». Elle est tout aussi intéressée par la transformation d’enregistrements d’espaces sonores (field recordings) pour créer de nouvelles matières rythmiques et mélodiques. Elle mène une exploration constante des relations entre le machinique et l’organique, le figuratif et l’abstrait.

Dans le cadre du dispositif EMAN#EMARE (avec le soutien de l’Union Européenne) et en association avec La Box et le Post-diplôme arts et créations sonores (ensa Bourges).
« En tant qu’artiste, je veux rêver au-delà de ce que je peux actuellement créer avec les outils d’aujourd’hui et leurs paradigmes, et je veux inviter d’autres individus à rêver avec moi. En s’engageant dans ces processus prédictifs, définissons-nous un nouvel axe pour l’avenir ? » 
La traduction de ce titre en français est polysémique  : «  Sounding the future  » pourrait être traduit par «  Tirer la sonnette de l’avenir  », «  Sonder le futur  » ou encore «  Insonifier le futur  ». Ce projet de recherche réunit les mondes de la fiction spéculative et de l’art audio en cherchant à prédire et à faire entendre l’art de l’avenir. L’application interactive et l’installation multimodale en gestation associeront d’autres artistes sonores et auteur(e)s de science-fiction dans une œuvre mettant en perspective des recherches technologiques et des réflexions sociologiques. Le travail prendra la forme d’une fiction immersive proposant un certain nombre de scénarios futurs.

www.gailpriest.net

Lieu : Concert le Vendredi 14 à La Soupe aux Choux de 18h00 à 20h00