MENU

Digitale Pourpre

Home »  Digitale Pourpre

MASTER CLASS DIGITALE POURPRE
Manipulation de l’image en Live
Déconstruction de l’image et du corps

Laurent Carlier
VJ depuis une quinzaine d’années, initiateur et coordinateur de Vision’R VJ Festival (festival international nomade), co- organisateur des mensuelles « IRL Performances », Laurent Carlier a également créé Vision’R – Ecole VJ, un cycle de formation en ateliers nomades orientés éducation populaire post-disciplinaire explorant le VJing comme sphère de l’image live dans tous ses états. http://vision-r.org (festival VJ) & http://i-r-l.vision-r.org (performances IRL)

Le VJing, la sphère de l’image live (VJing, de Video Jockey, émancipé de son contexte d’apparition, soit la manipulation de l’image en direct lors de performances audiovisuelles (AV)) est une pratique artistique très active que l’on retrouve aujourd’hui dans de nombreux contextes : performances en galeries, clubs, concerts, théâtres, festivals, vidéo-danse, etc.

Acte jouissif et acte politique, le VJing, de par sa nature éphémère et les croisements qu’il opère, est un champ d’expérimentation intense, une invitation à créer pour mieux lire et secouer les images qui nous entourent, nous habitent ou nous détournent.

L’omniprésence des écrans interroge en effet à la fois la place des corps dans la circulation des images, et les rapports au monde (immédiat et médiatisé).
Quels rapports au monde et aux images, quelles tactiques de résistance aux uniformisations et aux politiques de coercition se développent donc dans la sphère des performances audiovisuelles ?

En prenant l’image en direct et les technologies ‘temps réel’ comme un moyen (à la finalité sans fin) de projeter son imaginaire et de représenter une pensée en train de se faire, peut alors se développer une pensée en rythmes, dans une relation in situ critique au milieu d’émergence de cette pensée. Donc une relation critique au spectacle, pris comme dispositif de domination, de conditionnement.

Par delà les dispositifs techniques et la rationalité instrumentale fascisante (voir Ecole de Francfort : le formalisme de la raison à l’ère du capitalisme industriel), Vision’R défend les contenus et les usages critiques qui font de la simple ‘co-présence’ d’une image sans dimension et d’un corps, mués en même temps, une manière de vivre dans une relative autonomie aux représentations, s’émancipant en générant ses propres représentations à la fois traces et symboles d’identité auto-générée sans cesse (gestaltüng), donc vivant son environnement et ses rêves en les traversant déjà-là : faire monde.

Par delà les impasses des déterminismes économiques et du cercle vicieux mondialisation-replis identitaires, le monde qui vient (les émergence des expressions singulières et des appropriations sociales des technologies) se fait dans les hybridations, dans les refus des catégories directes ou dérivées de la notion d’essence (cognitif, esthétique et/ou éthique) : dans les inventions perpétuelles d’identités, dans les nouvelles subjectivités et ses tactiques critiques (émancipation, déconditionnement, désapprendre…).

Le master class Digital Pourpre s’est donc penché sur le rapport aux archives personnelles et collectives, leurs rapports aux mémoires, aux mythes, au sens et aux rêves. Mémoires du corps, d’un cheminement intellectuel, mémoires à la fois éthiques et esthétiques de prises de positions constituant l’expériences de rêves éveillés (ou cauchemard éveillé, 2ème face du même métal de la médaille)

Laurent Carlier (coordination Vision’R VJ Festival) a accompagné les participant-es sur des propositions de performances vidéo.
Pour cette nouvelle session, une invitation particulière a été faite à trois nouveaux intervenant-es : Pacôme Thiellement, Thomas Bertay & Nadège Piton, afin de mettre l’accent sur les questions de regard et de préparation des images, et sur l’approche corporelle de la performance.
Face aux archives, comment choisir ? Selon quels critères ? Selon quels choix de mots clés ? Pour quels usages ?

participant/e/s : Violaine, Marion, Gregorz, Pierre et Paola.

Lieu :
Nadir – Friche de l’Antre-Peaux
Samedi 15 à partir de 18h