MENU

KINO IM SPRENGEL : Peter Hoffmann

Home »  KINO IM SPRENGEL : Peter Hoffmann

Peter Hoffmann

Kino im Sprengel , située dans une ancienne fabrique de chocolat. est construite et gérée depuis 26 ans par un collectif de bénévoles. Elle ne touche aucune subvention régulière. La programmation, engagée politiquement, varie selon les penchants des personnes impliquées : cinéma indépendant, documentaire, expérimental, découvertes de l’histoire du cinéma.
Le Kino im Sprengel participe au réseau Kino Climates de salles indépendantes européennes.

Peter Hoffmann est cinéaste (Oliva, Oliva, grand prix du FIDM 2005, La dernière année, Festival de La Rochelle 2012) et participe à la programmation du Kino im Sprengel, salle de cinéma indépendante à Hanovre. Il est également traducteur de films.

Il nous propose l’extraordinaire film Études sur le déclin de l’occident de Klaus Wyborny, qui par un dispositif simple et radical, insuffle au montage une volupté, un tempo unique.

Le cinéma expérimental de Klaus Wyborny loin de vouloir créer une esthétique particulière, aborde les principes du cinéma narratif, pour les pousser à un point critique, un point où la narration bascule vers de nouvelles expériences, et trouve un nouvel équilibre.

Klaus Wyborny parle du rapport entre maîtrise et non-maîtrise au moment de faire un film. Il aime la coexistence des deux : des modules soigneusement structurés, subtiles, avec des intrusions rugueuses.
Il s’est longtemps intéressé aux chutes, à ce qui n’est pas utilisable. Il a construit des structures de longue durée en présentant d’abord le « film » et ensuite les chutes, qu’il retravaillait en vue d’une qualité anarchique que le « film » même ne peut pas avoir puisqu’il est lié à certaines structures dramatiques (« L’écran démoniaque » 1969, « La naissance de la nation » 1973).

Par la suite, il a monté les films dans la caméra, ce qui l’obligeait à utiliser tout ce qu’il avait tourné. Les erreurs au moment de la prise de vue étaient un défi pour les suivantes. Ainsi, le processus de fabrication du film dans la caméra atteignait une qualité humaine, plus centrée sur les impressions atmosphériques que sur une qualité de l’image.
D’après un entretien avec Christopher Zimmerman (Chypre 2012)

Lieu :
Cinéma de la MCB°
Mercredi 12 à partir de 21h